Le mot du proviseur

LE MOT DU PROVISEUR

En ce début d’année, au nom de l’équipe de direction, et en mon nom personnel, je veux souhaiter à tous, anciens et nouveaux la bienvenue.

A ce titre, je tiens à remercier sincèrement les personnels qui ont favorisé mon installation, et les services qui ont contribué activement à la préparation de la rentrée

Pour ma part, je prends mes fonctions avec beaucoup d’humilité, mais également de détermination.

Par ailleurs, je suis parfaitement conscient que tout changement de direction suscite des craintes, des doutes, des rumeurs pour les uns, mais aussi des espoirs et des attentes pour les autres.

Je tiens à rassurer les uns, comme les autres, ma première démarche consistera à écouter (les uns et les autres), à observer, questionner pour établir mon diagnostic, que je présenterai lors du Conseil Pédagogique d’octobre.

Je ressens également énormément d’attentes. Aussi, je vous demanderais de faire preuve d’indulgence et de patience. En effet, je ne saurai arbitrer certains dossiers, sans au préalable m’être imprégné des enjeux du lycée professionnel.

A l’occasion de la pré-rentrée, je vous exposerai ma démarche. Néanmoins, dès à présent, je suis en mesure de vous indiquer les deux axes, qui sous-tendront notre politique d’établissement :

  • Restaurer l’estime de soi, trop souvent mise à mal, des élèves qui nous sont confiés,

  • Accompagner le changement des pratiques pédagogiques. J’ai longtemps cru que la paix dans la cour engendrait la paix dans les cours. En réalité, c’est le contraire, eu égard au temps passé en cours : de votre capacité à prendre en compte la diversité des élèves dépendra le climat scolaire.

Nous devons nous comporter en véritables professionnels, de l’éducation, que nous confirme notre statut. Ce implique de se forme, de se remettre en question, d’échanger ses pratiques et de travailler véritablement en équipe.

Tous les projets, visant à professionnaliser les élèves, à en faire des acteurs de leur projet personnel, à donner du sens aux apprentissages seront non seulement facilités mais soutenus et valorisés. Mais, ils devront également s’inscrire dans une démarche globale, afin de faire sens et donner de la cohérence à notre politique d’établissement

.

J’entends également rétablir les enseignants dans leur autorité. Ils peuvent compter sur mon indéfectible soutien, à condition de faire preuve d’une bienveillante exigence :

– La bienveillance, ne consiste pas à « acheter la paix » en distribuant de « bonnes notes », mais à créer les conditions médico, psycho, socio-éducatives de la réussite.

Pour ce faire, j’ai besoin de l’engagement de tous, de votre expertise pour relever ce défi.

En effet, nos efforts seraient vains, si nous n’avons pas le souci permanent de tirer le meilleur des élèves. Quelque soit leur différence de niveau, de centre d’intérêt, de capacité, tous ont en commun ce besoin de se sentir soutenus, encouragés, valorisés, à fortiori, en cette période de crise économique et de doutes sociétaux.

– Le pendant de cette bienveillance est l’exigence. Si l’on veut former des professionnels compétents et des citoyens avertis, on ne peut transiger sur les savoirs, les savoirs-faire, les savoirs être. Ce n’est pas leur rendre service, que de leur faire penser, que l’on peut réussir sans efforts. On doit leur faire acquérir le goût et le plaisir du travail bien fait.

A ce titre, je vous demanderai de faire preuve d’exemplarité. On ne peut exiger des autres, ce que l’on est pas en mesure d’appliquer à soit.

J’ai toute confiance en vous pour donner aux élèves les meilleures chances de réussite, tout comme, vous pouvez compter sur mon engagement, mon équité, en tant que garant de l’intérêt général, qui comme chacun sait, n’est pas la somme des intérêt particuliers.

Je vous souhaite au cours de cette année scolaire, de prendre du plaisir à exercer un métier, certes de plus en plus difficile, mais noble et formidable, dans la mesure où, l’on contribue à la construction de la société de demain. C’est une lourde responsabilité, mais tellement enthousiasmante.

« Les choses difficiles font peur, mais c’est parce qu’elles sont difficiles qu’elles font peur ». (Sénéque)

Plus que jamais, nous devons nous mobiliser pour défendre l’idéal Républicain, qui a permis à nombre d’entre nous, d’être ce que nous sommes.

Excellente rentrée à vous tous !

Le Proviseur

J-M. SPAMPANI